LA BIODYNAMIE AU DOMAINE 

Il est essentiel de travailler les sols, et non de les désherber chimiquement, afin de laisser les terroirs s’exprimer…ou plus simplement vivre ! Ceci permet notamment d’assurer une vie microbienne des sols, essentielle à une vie harmonieuse des différents éléments constitutifs de la terre.

Depuis 2002, le Domaine met en œuvre le labour à cheval pour une partie de son vignoble, afin de limiter les tassements sur des sols sensibles. Loin d’un effet de mode, ces méthodes ont montré leur intérêt depuis des siècles et il convient de les perpétuer, pour accroître encore la qualité de l’échange entre les racines et les éléments vivants du sol.

Le printemps et le début de l’été sont la période des traitements phytosanitaires, principalement axés contre le développement de l’oïdium et du mildiou.

Le Domaine du Comte Liger-Belair est sur la totalité de son vignoble en lutte biodynamique depuis 2008, certifiée par Ecocert, dans le cadre du label Biodyvin. Sont donc uniquement utilisés des tisanes de plantes et du cuivre contre le mildiou, du soufre contre l’oïdium et diverses préparations biodynamiques au cours de l’année.

Afin de limiter les tassements inhérents au passage dans les rangs de vigne, qui ont pour conséquence un moindre échange entre la racine et les éléments composant les sols, l’ensemble des traitements est réalisé avec des engins légers.

Les traitements sont limités au maximum. Une fois le stade fermeture de la grappe atteint, soit en général durant la deuxième semaine de juillet, les traitements sont, si possible, arrêtés, ce qui permet de diminuer encore de deux traitements.

Aucun traitement anti–pourriture n’est réalisé sur le Domaine, puisque c’est un constat d’échec, car cela prouve en général que l’on n’a pas su maîtriser la vigueur de sa vigne.

Enfin, concernant les ravageurs de la vigne appelés « vers de la grappe », à savoir Eudemis et Cochylis, papillons qui pondent dans les grappes et favorisent le développement de pourriture, une démarche globale de lutte biologique est réalisée sur l’ensemble de la commune de Vosne-Romanée et de Nuits Saint Georges, par la pose de capsules de phéromones dans les vignes qui empêchent aux males et aux femelles de l’espèce de se rencontrer et donc de s’accoupler (confusion sexuelle). Mis en œuvre depuis plus de 20 ans sur l’ensemble du vignoble de Vosne-Romanée et de Nuits Saint Georges, cela a permis une recolonisation de la zone par de nombreux insectes qui s’autorégulent.